Tempo

--:-- / --:--
Jean-Louis Le Breton
Aucun vote pour le moment
Paroles

Elle m’a gonflé devant sa télé.
Je l’ai amer.
Je prends mon cuir et j’laisse les clés
J’ai trop les nerfs.
Même si, cette fille était sincère mais moi j’préfère la fille de l’air.
Finis le clip, je fais le clap, j’en ai ma claque.
Tout mon mic-mac dans la pocket la porte claque
Je suis dehors,
Triste sort,
Je suis dehors,
Triste sort.
Aïe ! ma douleur une vieille blessure.
Je serre les poings dans ma doublure
Mon armure, ma maison c’est ma p’lur’, mon blouson
Je t’aime peau

Bon !
Qu’est-ce que je fais
Qu’est-ce qu’y se passe
J’ai pas de boussole, pas de mot d’passe.
C’est pas grave, j’remonte mon col, mon pas s’efface dans le brouillard.
Dans la rue je suis solo, le monde est dans le caniveau.
On est quitte j’mets l’rideau, j’suis calé dans mon perfecto.
Poète poltron et peau postiche je t’aime peau
Poète poltron et peau postiche, je t’aime peau

Je traîne sans gouvernail dans les couloirs du RER
Des zonards qui défaillent, oh pétard ça pue l’éther
Une grappe de flic en pleine fringale se craquent du beur et se régalent ça les calent et ça rassurent les citoyens
Je commence à transpirer, ça sent mauvais sous l’bouclier.
Mais si je mouille dans ma guenille
Si je la quitte, j’vais prendre froid.
Et cette musique au fond, du souterrain, tel un présage, tel un bon bain.
Écoute le fond du puits, comme on écoute un coquillage, se joue une symphonie.
Sur l’Sébasto j’refais surface
Un bar sympa, je quitte ma cuirasse
Dépouillée carapace, ça me pique en pleine face
Je sais ce qu’il faut qu’je fasse
Y laisser ma peau